Église Notre Dame de Cheffes - XIIème siècle

Eglise de Cheffes avec son clocher tors

La nef

Vous êtes dans l'église Notre Dame de CHEFFES. Quand vous franchissez le porche, vous entrez dans la nef construite en 1855 pour agrandir l'église, exhausser le sol et renouveler le plafond. On en profita alors pour la faire pivoter vers la place ; la façade fut même élevée en biais et le conseil municipal de l'époque se déclara très contrarié de ne pouvoir la tourner plus encore," mais il reconnaît qu'il ne peut rien à ce malheur " (18 mai 1855). Cette partie néogothique parait disproportionnée : elle cache en grande partie la tour ancienne du clocher que vous ne découvrirez bien qu'en descendant vers la Sarthe.

La modernisation et l'aménagement se poursuivirent jusqu'au début de notre siècle. Entre 1895 et 1901, on installa les statues, on décora les murs et les voûtes, on posa les boiseries et les tribunes.

Les vitraux de la nef représentent les saints patrons des pieux donateurs de cette époque - voir les médaillons en bas des vitraux - Henri, Louis, Eugène, Sosthène.
La nef ancienne, plus étroite, percée de petites ouvertures romanes et voûtée de bois, n'avait pas ces dimensions et cette lumière. L'autel moderne fut construit en 1967 à la croisée du transept juste sous le clocher. L'oie sculptée dans une pierre de tuffeau provient des ruines d'un ancien logis située autrefois dans la campagne cheffoise.

Le transept - Le Choeur - L'Abside

Cette partie ancienne est classée et date de la deuxième moitié du 12ème siècle.
Au dessus de l'autel, la voûte d'ogives marque le début du gothique. A cette période, on commence à construire des voûtes plus bombées soutenues par des arcs croisés. Ils sont décorés de trois tores ronds et reposent sur les chapiteaux des quatre piliers d'angles. Les décors que l'on utilise sont encore romans : des dents de scie, des écailles, des feuilles et des crosses de fougères, des tresses et des têtes d'animaux, deux curieux hommes barbus, l'un tirant sur sa barbe l'autre portant un poisson dans les bras.

Outre la symbolique chrétienne du poisson, on peut y voir une allusion directe aux droits de pêche accordés aux moines fondateurs pour faire vivre leur communauté (1060). Derrière l'autel, le chœur s'ouvre, prolongé par l'abside arrondie en cul de four. Le berceau et les arcs sont légèrement brisés, soutenus par des colonnes aux chapiteaux plus naïvement sculptés : deux lions, des têtes juste ébauchée, de simple spirales. La voûte du choeur enduite vers 1900 laisse apparaître des peintures murales que l'on doit au peintre et décorateur italien Paulo BARONI installé à Angers vers 1750. Les trois fenêtres du fond ont été agrandies. A l'extérieur, on voit encore les arcs des anciennes ouvertures romanes.

Dans le passage du chœur vers le croisillon sud ( autel de Ste Thérèse, une curieuse plaque d'ardoise gravée en lettres onciales témoigne de la consécration de cette partie de l'église. On y précise l'époque (1167), les reliques déposées dans l'autel, le nom des grands qui régnaient alors, les obligations du prieur, et le texte se termine prosaïquement en donnant " la mesure des chandelles que les moines doivent avoir aux jours de fêtes et aux féries quand ils se lèvent la nuit ", la longueur étant en rapport avec la durée des offices.

Blason en forme de clé représentant l'oie proverbiale de CheffesAu dessus du linteau voûté de ce passage, sculpté en clef : l'oie proverbiale de CHEFFES sur un blason. En 1574, Pierre MARIAN ou MARIAU abbé de St Serge d'Angers, chanoine de Paris et curé de CHEFFES porte dans ses armes une "oie de gueule (rouge) sur fond d'argent ". Reste à savoir s'il apporta ses armoiries à CHEFFES ou s'il prit comme siennes celle du prieuré.

Le Clocher

En sortant de l'église, empruntez la ruelle qui descend vers la Sarthe : vous observerez le clocher et sa flèche d'ardoise légèrement torsadée (cette vrille peut être simplement due à la déformation naturelle du bois, la charpente daterait du 17ème siècle ). Chaque face de la tour octogonale porte deux étages d'ouvertures : une première rangée de trois baies hautes et étroites à arcs brisés, sans décor ; une corniche les surplombe encore décorée de quelques modillons (têtes d'homme, de poisson, pointe de diamant).
Le second étage est percé d'une baie moulurée ogivale dont l'arceau porte sur des colonnettes à chapiteaux. Les cloches sont au-dessus encore, à la base du toit, à hauteur des lucarnes d'ardoise. Elles ont été fondues au Mans chez Bollée, en 1858 et pèsent 700 et 400 kilos. Elles furent amenées à pied d’œuvre par chaland sur la rivière.

mis à jour le 02/06/2012 à 20h31 par Yzeux

Vous pouvez laisser un commentaire, une remarque ou une question concernant cette page, en vous connectant au site (en bas de la colonne de gauche).

Archives

Juillet 2019 (4) Juin 2019 (6) Mai 2019 (9) Avril 2019 (8) Mars 2019 (9) Février 2019 (3) Janvier 2019 (3) Décembre 2018 (4) Novembre 2018 (3) Octobre 2018 (7) Septembre 2018 (6) Août 2018 (3) Juillet 2018 (3) Juin 2018 (3) Mai 2018 (1) Avril 2018 (6) Mars 2018 (5) Février 2018 (2) Janvier 2018 (2) Décembre 2017 (2) Novembre 2017 (1) Octobre 2017 (5) Septembre 2017 (7) Août 2017 (3) Juillet 2017 (2) Juin 2017 (10) Mai 2017 (4) Avril 2017 (3) Mars 2017 (3) Février 2017 (2) Janvier 2017 (1) Décembre 2016 (4) Novembre 2016 (6) Octobre 2016 (5) Septembre 2016 (7) Août 2016 (1) Juillet 2016 (2) Juin 2016 (5) Mai 2016 (6) Avril 2016 (8) Mars 2016 (10) Février 2016 (8) Janvier 2016 (5) Décembre 2015 (8) Novembre 2015 (5) Octobre 2015 (5) Septembre 2015 (8) Août 2015 (2) Juillet 2015 (4) Juin 2015 (10) Mai 2015 (5) Avril 2015 (4) Mars 2015 (9) Février 2015 (1) Janvier 2015 (3) Décembre 2014 (7) Novembre 2014 (9) Octobre 2014 (3) Septembre 2014 (9) Août 2014 (4) Juillet 2014 (7) Juin 2014 (8) Mai 2014 (5) Avril 2014 (7) Mars 2014 (8) Février 2014 (7) Janvier 2014 (1) Décembre 2013 (3) Novembre 2013 (4) Octobre 2013 (2) Septembre 2013 (5) Août 2013 (2) Juillet 2013 (4) Juin 2013 (13) Mai 2013 (3) Avril 2013 (6) Mars 2013 (5) Février 2013 (8) Janvier 2013 (3) Décembre 2012 (6) Novembre 2012 (10) Octobre 2012 (7) Septembre 2012 (7) Août 2012 (5) Juillet 2012 (9) Juin 2012 (12) Avril 2012 (3) Janvier 2012 (2) Décembre 2011 (1) Septembre 2011 (2) Juillet 2011 (3) Juin 2011 (3) Mai 2011 (1) Avril 2011 (2) Mars 2011 (1) Février 2011 (1) Janvier 2011 (1) Décembre 2010 (3) Novembre 2010 (3) Octobre 2010 (3) Septembre 2010 (7) Août 2010 (2) Juillet 2010 (7) Juin 2010 (10) Mai 2010 (4) Avril 2010 (1) Mars 2010 (4) Juillet 2009 (1)